sd express

Bienvenue chez-vous! Hey check ça: j’ai un blog!

Archives pour Octobre 2007

Shawi…

2007/10/29 @ 9:34

Première victoire à laquelle j’assiste…
Ça vaut-ti la peine d’en parler rien qu’un peu?!


La Chute à Morin

2007/10/27 @ 19:31

chuteamorin


2 Pâte de tomates + 1 sauce Worcesteshire…

2007/10/22 @ 20:21

…ça goûte le ketchup… J’dis ça de même là…


Un Ontarien est acquitté du meurtre de sa nièce, 123 ans après une première condamnation

2007/10/20 @ 21:52

http://www.radio-canada.ca/

Bon, l’histoire a pas rapport, mais c’est réjouissant tout ce qui peut arriver à une nouvelle avec une petite erreur typographique!


“Nous, ce que l’on veut comme parents, c’est […] qu’on ait des enseignants formés par nos églises.”

@ 21:50

http://www.radio-canada.ca/

Dès septembre 2008, le cours d’enseignement moral et celui d’enseignement religieux vont disparaître pour être remplacés par un cours sur l’histoire des religions.

« Nous, ce que l’on veut comme parents, c’est le libre choix pour les parents d’un enseignement religieux et moral et puis qu’on ait des enseignants formés par nos églises. Le gouvernement ne nous a pas consultés pour ça »

Cute. Mais il ne faudrait pas oublier que le ministère, dans sa grande sagesse, remplace un cours plate qui ne sert à rien… par un autre cours plate qui ne sert à rien.


Québec vert? Les Québécois se bercent d’illusions

2007/10/09 @ 13:14

François Cardinal, La Presse, 9 octobre 2007.

Sondage après sondage, les Québécois clament haut et fort leur grande sensibilité environnementale. Or, cette verte image qu’ils projettent n’est, hélas! qu’une illusion, révèle Le Mythe du Québec vert, un essai de notre journaliste François Cardinal qui paraît demain. Extraits.

Au même titre que la messe dominicale à une autre époque, le rituel du bac vert fait aujourd’hui partie de la routine des Québécois. Et pourtant, ces derniers envoient aujourd’hui plus de déchets au dépotoir qu’il y a 10 ans…

Cet écart entre la perception et la réalité est éloquent en ce qu’il représente à merveille le rapport qu’entretiennent les Québécois avec l’environnement. Le discours est là, mais les gestes ne sont visiblement pas à l’avenant. Autrement dit, la maison brûle et les Québécois regardent ailleurs…

Les déchets

Ainsi, en l’espace de seulement 10 ans, de 1994 à 2004, la quantité de déchets générés par les Québécois a bondi de 62%. Avec une production par habitant de quelque 466 kg de détritus, les Québécois peuvent même se vanter d’être les champions canadiens, devant l’Ontario (363 kg), la Colombie-Britannique (329 kg) et même leur tête de Turc, l’Alberta (372 kg)!

C’est bien simple, année après année, la quantité de déchets générés augmente à un rythme plus rapide que la population. On pourrait croire que le recyclage compense cette hausse. Erreur. Si la statistique la plus communément citée fixe le taux de recyclage du Québec à 49% (en incluant toute sorte de choses qui n’ont rien à voir), le véritable taux de la collecte sélective est beaucoup plus bas, à 28%. Si l’on regarde le secteur municipal en général, dans laquelle la collecte s’inscrit, il est de 23%.

«Ce rendement est loin des objectifs de la politique québécoise de gestion des matières résiduelles 1998-2008», reconnaît d’ailleurs Recyc-Québec. Un bel euphémisme, quand on sait que ce taux ridiculement bas est… artificiellement gonflé!

D’abord, s’il est vrai qu’entre 2002 et 2004, la quantité de déchets qui a évité l’enfouissement a fait un bond de 3%, il faut savoir que ce faible gain est attribuable à la magie des chiffres. On a en effet choisi, durant cette période, d’ajouter aux statistiques la récupération d’électroménagers. Et paf, le taux a augmenté d’un coup.

Plus astucieux encore, on a choisi de jouer avec les mots. Plutôt que de calculer le taux de recyclage du total des déchets, comme on le faisait avant, on calcule maintenant le taux de recyclage des seuls déchets «qui peuvent être recyclés». Selon certains experts, cela équivaut pour les villes à un escompte de 12% sur les objectifs à atteindre…

Le transport

Côté transport, le refrain est sensiblement le même. On a beau percevoir le Québec comme un endroit sensible à l’environnement, friand de petites voitures économes, là encore les chiffres sont accablants.

De 1984 à 2004, le parc automobile québécois a enflé au point de devenir aussi gros que le boeuf, passant de 3,2 millions à 5,2 millions de véhicules. Cette augmentation de 60% est d’autant plus inquiétante que la province, malgré les discours railleurs des écolos, a embrassé comme tout le monde la mode des véhicules utilitaires sport (VUS). En outre, ces véhicules servent aujourd’hui à parcourir plus de kilomètres que jadis…

Faites l’équation: plus d’autos, plus grosses, parcourant plus de kilomètres = un gros paquet d’émissions de gaz à effet de serre.

Au Québec, entre l’année de référence du protocole de Kyoto, 1990, et 2003, les émissions provenant du transport ont bondi de 20%. On serait tenté de mettre la faute sur le camionnage. Erreur, encore une fois. Il n’est responsable que d’environ le quart des émissions de ce secteur. Le transport des personnes, lui, en génère 40%.

Or le secteur du transport est l’ennemi numéro un de l’environnement au Québec: à lui seul, il était responsable de 37,4% des gaz à effet de serre de la province en 2003, plus que le secteur résidentiel, commercial et institutionnel (14,5%), plus que l’agriculture (9,4%) et même plus que le secteur industriel au grand complet (31,1%).

L’énergie

Au cours des dernières années, les Québécois se sont opposés à presque tous les projets énergétiques qui leur ont été présentés. Et pourtant, ils n’ont rien fait pour éviter qu’on en arrive là.

Si le Québec était un pays, il serait par habitant le troisième plus énergivore au monde après les États-Unis et le Canada, toute source d’énergie confondue. Sa consommation est même presque deux fois plus élevée que celle de l’Union européenne…

Si on s’attarde uniquement à l’électricité, les chiffres n’ont rien de bien enviable là non plus. Le Québec a été LE grand responsable de l’augmentation de la consommation d’électricité primaire au pays entre 1990 et 2003. Alors que la hausse a atteint 28% au Québec, elle s’est maintenue à 10% au Canada. Sans l’apport du Québec, le Canada aurait vu une baisse de sa consommation totale…

On peut bien prétexter que le Québec a des conditions climatiques particulières ou qu’il a attiré des industries énergivores par le passé, mais ces justifications méritent d’être grandement nuancées. Notons seulement que la différence entre les pays scandinaves n’est pas à l’avantage du Québec.

Précisons enfin que la plus forte hausse de la consommation énergétique des 20 dernières années au Québec, toute source confondue, a eu lieu en 2002, soit 16 ans après le rapport Brundtland sur le développement durable, 10 ans après le Sommet de la Terre de Rio et 5 ans après l’adoption du protocole de Kyoto.

———

Le Québec, chef de file de l’éolien ?

Le Québec, chef de file de l’éolien? Combien de fois avons-nous entendu le premier ministre Jean Charest qualifier le Québec de leader nord-américain du vent? «Notre gouvernement entend maintenant faire du Québec un chef de file en énergie éolienne au Canada, en Amérique du Nord et partout dans le monde», disait-il en 2005. Or deux ans plus tard, le Québec possède une puissance installée de 322 MW, soit sept fois moins que la Californie et le Texas, qui ont chacun une puissance dépassant les 2300 MW. Pis encore, au pays, le Québec se situe derrière l’Ontario (415 MW) et… l’Alberta (384 MW).

En chiffres- Émissions de gaz à effet de serre: en hausse de 6,6% entre 1990 et 2003.

- Quantité de déchets envoyés au dépotoir: en hausse de 28% entre 1994 et 2004.

- Nombre d’autos au Québec: en hausse de 62% entre 1984 et 2004.

- Nombre de kilomètres parcourus: en hausse de 20% entre 1990 et 2001.

- Consommation d’électricité primaire: en hausse de 28% entre 1990 et 2003.

- Consommation d’énergie provenant des combustibles fossiles: en hausse de 11,1% entre 1990 et 2003.

- Population du Québec: en hausse de 7% entre 1990 et 2003.

—–

Les transports en commun à Montréal

Depuis 1987, la position concurrentielle des transports en commun dans la région de Montréal s’est considérablement dégradée. La part modale, c’est-à-dire la portion des déplacements effectués en transports en commun, est passée en 20 ans de 28% à 22%. Côté financement, les usagers, de moins en moins nombreux, ont été appelés à assumer une part grandissante du coût des transports en commun (de 31,3% à 40% entre 1991 et 2005).

Consommation d’énergie

Le Québec a une consommation plus élevée que celle des pays scandinaves. Selon la plus récente version de L’Énergie au Québec, la province affiche une consommation de 30 687 kWh par habitant, soit plus que la Norvège (27 595 kWh) et l’Islande (25 149 kWh). Et près du double de la Suède (17 154 kWh) et de la Finlande (16 588 kWh).

Les émissions du Québec

Le Québec a beau avoir adhéré à la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques et au protocole de Kyoto, ses gaz à effet de serre (GES) ont bondi de 6,6% entre 1990, année de référence du fameux traité, et 2003. Cette augmentation est survenue malgré deux années de ralentissement économiques en 1991 et 1992. Et à l’instar de la sensibilité des Québécois à l’environnement, la hausse des émissions a connu sa plus forte hausse après l’an 2000. Pis encore, l’augmentation constatée entre 2002 et 2003 est la plus importante au pays, dépassant même l’Alberta du double et l’Ontario du triple.

—–

Les émissions de gaz à effet de serre au Québec:

- Transports: 37,4%
- Électricité: 1,7%
- Déchets: 6,9%
- Agriculture: 9,4%
- Résidentiel, commercial et industriel: 14,5%
- Industrie: 31,1%


Ivan Rebroff - Mit Der Troika In Die Grosse Stadt

@ 9:49

Ivan Rebroff est un célèbre chanteur allemand d’origine russe au répertoire très varié : chansons traditionnelles russes, mais aussi chants religieux classiques ou orthodoxes, chants de Noël, variété française ou allemande, opéra, opérettes, chansons folkloriques de nombreux pays et de multiples airs connus. Ivan Rebroff dispose d’un registre vocal remarquablement étendu (quatre octaves et demie) ce qui l’a fait entrer dans le Livre Guinness des records. De plus, il chante en allemand, en russe, en français, en anglais, en afrikaans et en italien (il parle couramment les quatre premières de ces langues ainsi que le grec).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ivan_Rebroff


[ International ] Italie : Des associations de consommateurs appellent à une grève des pâtes en raison de l’augmentation du prix

2007/10/08 @ 15:47

Des associations de consommateurs italiennes appellent à une grève des pattes (sic) durant 24 heures pour protester contre l’augmentation du prix de cet aliment de base en Italie. Toutefois, la grève concerne l’achat pas la consommation.

http://www.radio-canada.ca (par RSS)


Combien pour le nouveau Radiohead?

2007/10/01 @ 16:27

In yet another challenge to the music business, price for download
is: ‘It’s up to you. … No, really. ‘It’s up to you. … ‘

Alors… quelle valeur accordez-vous-tu à un CD downloadé?

Pour moi ça sera…
Order total £ 0.00

Désolé, mais peu importe la devise, 0 est la valeur exacte de 100 megs de mp3 de nos jours.